Historique et évolution de A&P

Le rapport du diagnostic organisationnel et institutionnel de Andal & Pinal réalisé en 2014 par Enfants du Monde (EdM)-Sahel avec l’appui technique du Bureau d’Etudes, de Conseils et d’Appui à la Recherche pour le Développement (BECRD) révèle une trajectoire dynamique :

 -  La naissance

L’idée de créer l’association émane de deux personnes à savoir Monsieur Issa DIALLO (Conseiller des Affaires Economiques) et Monsieur BOLY Mamadou (Inspecteur de l’Enseignement du Premier Dégré) tous issus des communautés d’éleveurs pasteurs. L’association A&P a été constituée en 1997. De sa création jusqu’en 2004, le poste de président a été occupé par Monsieur BOLY Mamadou et celui de trésorier par DIALLO Issa de 1997 jusqu’en 2012. Les membres ont souvent contribué pour répondre aux besoins de fonctionnement de l’Organisation en sus des cotisations statutaires. A titre d’exemples, il y a entre autres, la mise à disposition d’un local pour servir de siège social et la mise à disposition de véhicules personnels de 1997 à 2008 pour les missions de l’Association.

      - Les premiers pas

La vie de la structure a été marquée par :

De 1997 à 2004 :

  • l’opérationnalisation du siège à Korsimoro ;
  • le recrutement de 3 agents pour appuyer les bénévoles ;
  • le démarrage du « programme alphabétisation » et des partenariats avec DPEBA du Sanmatenga, le Programme Alpha, l’OSEO et le FONAENF;
  • la multiplication des équipes opérationnelles conséquence de la diversification des partenaires et de l’extension des activités à plusieurs départements de la province du Sanmatenga;
  • les recettes annuelles passent de 2 473 287 F CFA à 75 190 692 F CFA en 2004.
  • l’élaboration d’un plan d’action triennal 2001-2003 qui prend en compte une question d’envergure telle que : comment répondre aux exigences liées à la croissance de la structure ?

De 2004 à 2009 :

  • le passage du statut de partenaire associé du FONAENF à maître d’œuvre délégué principal ;
  • la mise en œuvre du projet phare qu’est les EdB avec l’appui technique et financier de Enfant du Monde Suisse (EdM) et du programme Alpha de la Coopération Suisse ;
  • le renforcement du financement des EdB par le partenaire OXFAM Intermon ;
  • l’extension au plan national avec l’ouverture des antennes de Barsalogho (2004) et Pô (2007) pour être plus proche des bénéficiaires et répondre à leurs besoins et préoccupations ;
  • le développement du système comptable, et autres outils de gestion pour les projets ;
  • l’évolution remarquable : 20 salariés, 2 projets d’envergure, le budget atteint la hauteur de 30 millions de FCFA par projet, plusieurs micro réalisations exécutées par le siège de Korsimoro ;
  • l’association monte toute seule des projets (EdB, AGR) et obtient leur financement ;

Avant de pouvoir répondre à ces questionnements, les difficultés que Andal & Pinal rencontraient étaient entre autres :

  • des déficits dans la planification des activités ;
  • des conflits latents qui ont abouti à un conflit ouvert (manifeste) pour des revendications salariales (animateurs des EdB) en 2008 ;
  • l’insuffisance de ressources financières pour la mise en œuvre du projet EdB due à la fin du partenariat avec OXFAM Intermon à partir de 2008.

  - A partir de 2009 :

Des mesures significatives ont été prises de 2009 à 2011 en prenant entre autres des dispositions pour étoffer les équipes de stagiaires et d’un chargé de suivi des projets/programmes.

A partir de cet instant, les choses ont commencé à aller et cela grâce aux renforcements de capacités internes et les partenariats crées par les responsables de Andal & Pinal.

De 2011 à nos jours elle a diversifié ses interventions avec d’autres projets de courtes et de longues durées (PEPAN, PREPP, GIZ/ZFD, programme HIMMO, PROFIL, IFDC, etc.).

Présentement, A&P fait l’objet de beaucoup de sollicitations au niveau des régions. Elle est sollicitée dans des thématiques diverses notamment dans les problématiques du pastoralisme et l’éducation/formation des populations pastorales.

Au plan interne, le système de communication interpersonnel est satisfaisant. Il en est de même pour la relation entre le personnel et les membres fondateurs. Cependant, cette communication s’effectue dans un cadre informel.

Toutefois, des insuffisances ont été relevées dans la coordination au niveau institutionnel. Elles se traduisent par des déficits de communication entre les agents et leurs hiérarchies et entre les agents eux-mêmes.

L’organisation gagnerait si l’on redéfinissait les responsabilités  des différents membres et agents et s’il y avait des outils efficaces de coordination et de suivi évaluation de la mise en œuvre des actions budgétées surtout en tenant compte du degré de priorité.

Il est aussi nécessaire de redynamiser l’action militante des membres et d’institutionnaliser les pratiques qui permettraient d’assurer la croissance et la pérennité de l’Association. Cela nécessiterait sans doute une communication plus transparente, officielle et ouverte sur les questions qui doivent être immédiatement étudiées.